Nombre total de pages vues

jeudi 16 avril 2015

Domezain-Berraute - Domintxane-Berroeta

Dans la province de Soule, le village de Domezain-Berraute, son nom basque est Domintxaine-Berroeta.
Le nom de Domezain est latin est signifie "dominicius" pour qualifier un domaine seigneurial important.
Berraute sigifie "lieu de brousailles".

Le village de Berraute s'est uni à Domezain le 25 juin 1842.
Les habitants sont appelés les Domintxantars.




Domezain-Berraute de nos jours


mardi 14 avril 2015

Le mur de l'Atlantique au Pays basque


Les troupes allemandes arrivent sur la côte basque le 27 juin 1940.  De là, ils vont fortifier leurs positions en zone occupée entre l'Adour et la frontière espagnole.
L'organisation Todt qui a déjà créé la ligne Siegried le long de la frontière franco-allemande, est responsable de la supervision de la construction du mur de l'Atlantique et la conception de ses principales fortifications.
Une tâche essentielle de la Kriegsmarine va être de mettre en place des batteries de canons côtiers, dès 1940, de façon à protéger l’accès des ports basques. Le port de Bayonne est important pour l’économie de guerre du IIIème Reich, étant le lieu du débarquement du minerai de fer en provenance de Bilbao: pour le seul mois de novembre 1941, une centaine de cargos entrent dans l’Adour et débarquent sur les quais 40.000 tonnes de minerai de fer. 

A partir de 1942, avec le développement des fortifications littorales du Mur de l’Atlantique, les deux premières batteries de canons côtiers au Boucau et au fort de Socoa seront appuyées par trois autres bátteries de Marine: à La Barre (hippodrome), à Bordagain. (Ciboure), à Socoa sur la route de corniche menant à Hendaye. En outre, une batterie-école de DCA sera créée à Biarritz-Beaurivage.

A partir du printemps 1942, l’Armée de Terre est impliquée dans la construction du Mur de l’Atlantique, gigantesque ensemble de blockhaus en béton armé construits sur les côtes depuis le Cap Nord en Norvège, jusqu’à la Bidassoa. Toutes les batteries qui se trouvaient précédemment à l’air libre, donc très exposées aux bombardements aériens et navals, vont être dans la mesure du possible englobées dans des casemates de béton armé.

Au plus fort de sa puissance, le Mur de l’Atlantique en Côte Basque compte donc un total de dix batteries ayant des canons d’un calibre d’au moins 75 millimètres, en incluant celle située sur la rive droite de l’Adour: densité énorme pour trente kilomètres de littoral, ne présentant pas un intérêt stratégique majeur.

Un grand merci à l'association Jakintza pour les photos












samedi 11 avril 2015

Les architectures de Biarritz

Construite comme un théâtre dont la scène serait l'Océan, Biarritz laisse se refléter dans les vagues l'imagination foisonnante d'architectes qui n'avaient pour limites que les désirs délirants de propriétaires aux personnalités originales.











jeudi 9 avril 2015

Le train Bayonne - St Jean Pied de Port


En 1879 cette ligne faisait partie du plan Freycinet (ambitieux programme de travaux publics lancé en 1878 par le ministre des travaux publics Charles de Freycinet);
La ligne est mise en service en plusieurs étapes :
  • Bayonne (bif de Mousserolles) à Cambo-les-Bains : 19 janvier 1891 
  • Cambo-les-Bains à Ossès : 20 août 1892 
  • Ossès à Saint-Jean-Pied-de-Port : 11 décembre 1898.
Le 26 juin 1898 était mis en service le court embranchement d'Ossès à Saint-Étienne-de-Baïgorry.
La ligne a été électrifiée en 1930 - 1931.







mardi 7 avril 2015

Le Kintoa - Le Pays Quint


Au Sud de St Etienne de Baigorry, le Kintoa ou Pays-Quint en français, est une enclave espagnole en territoire Français, dont l'origine remonte au Royaume de Navarre. Territoire de 2500 ha s'étendant sur 6 kms au dessus d'Urepel, il tire son appellation d'une taxe d'un cinquième («quinto») de bétail porcin que ses habitants devaient payer à la royauté espagnole au Moyen-Age. Ses limites et ses règles d’usages ont fortement évolué au fil de l’histoire. Réglementé par des conventions pastorales de bon voisinage, il a fait l’objet d’âpres négociations entre la France et l’Espagne lorsqu’il s’est agi de délimiter la frontière entre les deux pays.

Les quelques familles qui résident dans la partie indivise du Kintoa payent les impôts fonciers en Espagne, et les impôts sur le revenu et les charges sociales en France.



Le Kintoa de nos jours

samedi 4 avril 2015

Les rues de Bayonne : la place des Cinq Cantons


La place des Cinq Cantons (En gascon, canton désigne le coin d'une rue), entre ville haute et ville basse, au carrefour des « cinq cantons », des « cinq rues », est au coeur du centre ancien et commerçant.  Elle est longtemps restée le point de rencontre des orfèvres, changeurs et négociants. Les façades des immeubles qui l’entourent datent majoritairement du XVIIIe siècle et témoignent du savoir-faire des maîtres forgerons ou faures bayonnais.

La place des Cinq Cantons d'hier à aujourd'hui

jeudi 2 avril 2015

La forêt de Chiberta à Anglet

La forêt d'Anglet c'est toute une histoire, liée à l'évolution de la commune, et à sa lutte continuelle contre les assauts de l'Océan.
Jusqu'au XIIe siècle, le littoral angloy ressemblait à une sorte de "no man's land", confronté aux mouvements des dunes et aux caprices de l'Adour.
L'origine du boisement remonte à des semis de graines de pins maritimes, réalisés de 1630 à 1640, pour arrêter la progression du sable vers l'intérieur.
Au début du XVIIIe siècle, le redressement du chenal de l'Adour a libéré des sables de "Gibraltar" (devenu Chiberta), un nouveau territoire, qui sera planté de vignes.

L'Empereur Napoléon III, fit réaliser de nouveau semis sur 450 ha. Les bains de mers ont pris leur essor grâce à l'Impératrice Eugénie, et la forêt d'Anglet connaît alors une vogue écologique avant la lettre.


Au début du XXe siècle, elle ressemblait au massif des Landes. Elle était exploité de la même façon pour le bois et la résine.