Nombre total de pages vues

samedi 23 mai 2015

Biarritz la Villa Belza d'hier à aujourd'hui


jeudi 21 mai 2015

La Belle-Epoque sur la Côte Basque


La Belle Epoque s'étend de la fin du XIXe siècle au début de la Première Guerre Mondiale.
Après la guerre franco-prussienne 1870 - 1871, l'Europe vit une longue période de paix de quatre décennies, chose rare et favorable aux progrès économiques et techniques.

Les populations de cette époque sont très optimistes et insouciantes quant à l'avenir. La Belle-Epoque se fait ressentir sur nos stations balnéaires en pleine urbanisation et modernisation.

Biarritz - cliquer sur l'image pour l'agrandir

Biarritz - cliquer sur l'image pour l'agrandir

Biarritz - cliquer sur l'image pour l'agrandir

Biarritz - cliquer sur l'image pour l'agrandir

Guéthary - cliquer sur l'image pour l'agrandir

St Jean de Luz - cliquer sur l'image pour l'agrandir

St Jean de Luz - cliquer sur l'image pour l'agrandir

Hendaye - cliquer sur l'image pour l'agrandir


mardi 19 mai 2015

Le casino de St Jean de Luz


A l’image d’un paquebot posé sur le sable de la grande plage de St Jean de Luz, le bâtiment à l'architecture "Art-Déco" abritait à l'origine le casino "la Pergola", un hôtel, des boutiques et un cinéma.
A la fin de la première guerre mondiale, William Marcel (Né à Bordeaux en 1879, William Marcel fréquente l’école des Beaux-Arts de la ville avant de poursuivre sa formation d’architecte à l’atelier Scellier de Gisors à Paris. Cet architecte est reconnu en son temps comme étant l’un des meilleurs exerçant sur la côte basque. Après ses études, il s’installe à Bayonne où il collabore avec François-Joseph Cazalis pour la conception du Carlton (1910) de Biarritz. En 1927, il étudie les plans de la"Maison basque" qui devient son premier grand chantier), architecte de renom, se voit alors confier l’étude d’un hôtel-casino à édifier sur la terrasse de l’ancien établissement de bains. Son projet est  un monumental complexe d’inspiration régionaliste. 

En cours de réalisation, il fut stoppé et William Marcel dessaisi au profit de Robert Mallet-Stevens (Paris 24 mars 1886 - 8 février 1945)  en 1927. 
Influencé par le mouvement cubiste, la ligne droite, la lumière et le béton armé sont privilégiés. Le complexe « La Pergola » ouvre ses portes en 1928.
Dans les années 50, de nombreuses transformations et surélévations défigurent la construction, le jardin transformé en golf miniature cède la place à un hôtel dans les années 80.


cliquer sur l'image pour l'agrandir
cliquer sur l'image pour l'agrandir

cliquer sur l'image pour l'agrandir

cliquer sur l'image pour l'agrandir

cliquer sur l'image pour l'agrandir

cliquer sur l'image pour l'agrandir

cliquer sur l'image pour l'agrandir - la Pergola de nos jours


jeudi 14 mai 2015

Le train de la Rhune

En 1909 le projet de construire un train à crémaillère reliant le col de St Ignace au sommet de la Rhune est présenté par messieurs Ader, Giros et Loucheur. Le projet est approuvé par le conseil municipal de St Jean de Luz et d'Ascain.

En 1912 le décret d'utilité publique est édité, afin de mettre en valeur l'attraction renommée du panorama de la Rhune.
Le 24 juin 1912 le département des Basses Pyrénées autorise la construction et l'exploitation du chemin de fer à ses créateurs à leurs frais, risques et périls. 
En 1913, est créée la société anonyme des chemins de fer basques, qui prend le nom de VFDM (Voies Ferrées Départementales du Midi) l'année suivante.

Les travaux sont interrompus de 1914 à 1919. A la fin de la guerre, la construction reprend, elle est relativement rapide du fait de l'absence d'ouvrage d'art et de la présence d'un terrain naturel de bonne qualité.

Le 25 avril 1924, est achevé le premier tronçon gare de St Ignace - Les Trois Fontaines, et le 30 juin 1924, la ligne est enfin inaugurée.

Source : La Rhune - Larrun de Jacques Antz et Isabelle Fleury


cliquer sur l'image pour l'agrandir

cliquer sur l'image pour l'agrandir

cliquer sur l'image pour l'agrandir

cliquer sur l'image pour l'agrandir

cliquer sur l'image pour l'agrandir

cliquer sur l'image pour l'agrandir

cliquer sur l'image pour l'agrandir

cliquer sur l'image pour l'agrandir

cliquer sur l'image pour l'agrandir

cliquer sur l'image pour l'agrandir

cliquer sur l'image pour l'agrandir

cliquer sur l'image pour l'agrandir

cliquer sur l'image pour l'agrandir

cliquer sur l'image pour l'agrandir

cliquer sur l'image pour l'agrandir

cliquer sur l'image pour l'agrandir

cliquer sur l'image pour l'agrandir

mardi 12 mai 2015

Les phares de St Jean de Luz - Ciboure

Les phares de St Jean de Luz - Ciboure ont été construit en 1936 par l'architecte André Pavlovsky (1891 - 1961) installé en 1925 à St Jean de Luz.

Les phares sont de style néo-labourdin et sont classés monuments historiques. Ils indiquent l'enfilade du chenal pour les bateaux qui rentrent au port.


cliquer sur l'image pour l'agrandir


cliquer sur l'image pour l'agrandir

cliquer sur l'image pour l'agrandir


cliquer sur l'image pour l'agrandir - de nos jours

samedi 9 mai 2015

Les rues de Bayonne : le quai Galuperie

Du côté du Petit Bayonne le quai Galuperie tire son nom des galupes qui étaient régulièrement amarrées à cet endroit. 
La galupe était une embarcation fluviale à fond plat longues d'une quinzaine de mètres et partiellement pontée, se maniant à l'aviron, le halage ou parfois avec une voile.

Source : Les rues de Bayonne de Raymond Chabaud





Le quai Galuperie de nos jours